Découvrez

Nos actualités

Auzeville-Tolosane.
Sur le campus d'Auzeville, ces élèves en BTS ont créé un «Jardin en 2050»

Le jeudi 21 novembre 2019, les étudiants du BTS Aménagement Paysager du CFPPA de Toulouse-Auzeville, ont organisent une journée de sensibilisation  à destination du grand public, des professionnels du paysage et des pouvoirs publics. 

La thématique abordée sera les Jardins en 2050 : Innovation & Solidarité. Cette démarche de sensibilisation s’articule autour d’un projet d’étude aboutie, en partenariat avec l’UNEP, la Région Occitanie et des acteurs associatif et privée.  

Le principe de la journée est de promouvoir les innovations pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique et en limité les effets. 

Les étudiants en Aménagement paysager sont convaincus que leur métier devra répondre aux grands défis du XXIe siècle dans le respect de la nature, de l’environnement et des écosystèmes.

Participer aux changements de la société : en aménageant les espaces urbains et les jardins publics et privés. Avec comme pierre angulaire : le bien-être et y associant une démarche écologique afin d’atténuer les effets du réchauffement climatique. À l’heure où plus de la moitié de la population mondiale est constituée de citadins, les espaces de nature en ville ont un rôle déterminant.

Le paysagiste est devenu indispensable à la création d’espaces et à la transformation du paysage, tant par ses connaissances des végétaux, des types de sol que par son expertise. Être paysagiste, c’est devenir un vrai architecte de la mutation des espaces verts. Afin d’y repenser un large choix d’intervention comme les jardins de particuliers ou d’entreprises, terrasses, espaces verts en ville (carrefour, place, parc, etc).

Participer à la transformation du paysage en y associant l’alchimie des nouvelles techniques, technologies et une analyse paysagère au plus près des réalités.

vidéo jardin

Le changement climatique et l’évolution démographique, à l’horizon 2050, va impacter notre vision du jardin.  Un jardin va devenir davantage urbain, plus petit, lieu d’échange et de solidarité, à la fois nourricier et paysager. Il devra reposer sur l’écologie, le recyclage de l’eau, des matériaux et des ressources pour favoriser et préserver la biodiversité …

Aujourd’hui nous constatons déjà les effets du réchauffement climatique, nous sommes tous concernés nous devons tous agir. Nous étudierons les causes et conséquences à grande échelle puis nous nous attarderons aux changements prévus sur Toulouse afin d’imaginer ce que sera le jardin de demain. La végétalisation dans les villes et les jardins privés nous aideront à nous adapter au réchauffement climatique.

Une des grandes composantes du jardin reste le vivant, qui va devoir s’adapter. Nous voulons présenter des solutions directement applicables, reliées à 3 perspectives: l’adaptation naturelle et les recherches, mais aussi l’adaptation sociétale.

L’eau potable est une ressource rare, de plus en plus coûteuse et inaccessible. La sécheresse, la forte croissance démographique, la pollution de l’environnement ainsi que le gaspillage font de cet élément vital un bien à préserver et consommer différemment dans les prochaines décennies. Les acteurs du paysage devront apporter de nouvelles solutions adaptées à la pénurie d’eau dans leurs aménagements paysagers futurs.

Dans un contexte de raréfaction des énergies fossiles et de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, nous présenterons aux professionnels des alternatives innovantes aux moteurs thermiques ainsi qu’à l’utilisation de plastiques dans les jardins. Nous mettrons également en œuvre des méthodes d’écoconception paysagère au travers de la réalisation du Jardin 2050.

Laisser un commentaire